le doigt dans l’oeil présente

SAUVAGE

Partie 3 : Winter Is Coming

S ur les traces de la série Games Of Throne… La première photo doit parler aux fans de la série. Il s’agit de la grotte où Jon Snow « sympathise » avec une Sauvage. L’eau est à 50°. Des fois, des bulles remontent à la surface. Un vrai jacuzzi.

On a traversé les paysages de films mythiques : James Bond, La vie rêvée de Walter MittyPrometheus, Batman Begins, Oblivion, Le Seigneur des Anneaux, etc…

Mais le Nord, c’est des paysages à couper le souffle, où on peut sentir la terre vivre et respirer, où l’on va « chasser » les baleines avec nos appareils photos, au niveau du cercle arctique, où tout est blanc, fumée, vent, parsemés de petits villages et de maisons traditionnelles emmitouflées dans de la motte de terre, à l’approche des fjords du grand Ouest.
Bonne lecture, avec Francis Cabrel, entendu dans un petit bar sur la route 😉

_dsc9405
_dsc9653
_dsc9292

Ce n’était pas la saison, mais on a eu de la chance de suivre une belle petite baleine pendant qu’elle faisait le plein de planctons.

On avait longtemps hésité à se rendre à Husavik, capitale européenne des baleines. 1h de route de Myvatn, un truc comme 100€ les 2h pour voir des baleines au loin, et en plus, hors-saison.

Finalement l’excursion était cool, et quand on se trouve à 5m de la baleine, même si on sait que ce n’est pas la baleine bleue, ça reste suffisamment impressionnant. Des geysers d’eau sortent de l’eau quand elle vient s’oxygéner à la surface. Sa queue donne l’impulsion pour plonger dans les eux poissonneuses. Tout autour des falaises de montagnes de neige. Un spectacle à ne pas manquer si vous avez le temps de vous aventurer dans l’extrême nord.

_dsc9769

Après les baleines, retour près de Myvatn, où les attractions et points touristiques sont très nombreux. C’est le Cercle d’Or du Nord de l’Islande. Au programme, évidemment des chutes d’eau magistrales, on pourrait passer sa journée à regarder les chutes d’eau. D’ailleurs c’est ce que nous avions souvent fait, mais on a surtout passé notre temps à les photographier…un peu trop !

Si on arrive à faire abstraction du grondement, on dirait un écoulement perpetuel qui finit par nous bercer et nous emmener loin, dans des aventures imaginaires ou réelles. Je me demande ce à quoi pensaient ce couple de japonais en restant immobiles pendant des heures.

Après la chute des Dieux, appelée Goðafoss, on reprit la route, direction plein Ouest ; un petit arrêt dans un parc naturel, un autre devant les fameuses maisons traditionnelles islandaises, 2-3 cols de montagnes à passer et on s’approche des fjors de l’Ouest. Regardez sur la Google Maps cette forme qui se détache de l’Islande de l’Ouest. Je peux vous dire qu’on a pas vu grand monde sur la route.

_dsc0094

Dernier arrêt avant l’Ouest. Je ne me souviens même plus de l’endroit exact ou du nom à rallonge. Honte à moi ! Sur le moment, ça nous semble une évidence. Rentrer dans le GPS, avec les doigts glacés par le vent et le froid, le nom du village, est une épreuve. 9 fois sur 10, ça ne donne rien, et on est content d’avoir embarqué une bonne vieille carte routière.

Tout au long de la route, on s’arrête le long d’une crique, sur un point de vue en hauteur, près d’une cabane abandonnée, il y a tant de choses à voir et à faire. On aurait aimé rester plus longtemps. Il y a tant de choses à voir, tant d’atmosphère à capturer, mais la route nous avale, nous dévore, c’est notre meilleure compagne et notre pire ennemie parfois.

_dsc0947